Affaire Aredor: Bouna Kéita règle ses comptes avec l’ex-ministre des Mines Mohamed L. Fofana

L’opérateur économique El hadj Bouna Keita qui s’était vu déposséder par l’Etat de la zone minière de 675 mètres carrés de l’ex-Aredor à Gbenko, dans la préfecture de Kérouané, ne compte pas baisser les bras.

Dénonçant le rôle joué par Mohamed Lamine Fofana, l’ex-ministre des Mines et de la géologie, il a profité du passage à témoin de celui-ci à l’actuel ministre d’Etat chargé des Mines, Kerfalla Yansané, pour manifester son ras-le-bol.

Devant la presse, El hadj Bouna Keita a précisé qu’il n’y avait pas meilleure occasion que ce jour de passation de services pour faire passer son message. Car pour lui, c’est un jour qu’il attendait impatiemment, comme tout bon investisseur Guinéen patriote, pour se faire entendre.

Son plan ? Profiter du temps du discours du ministre sortant pour dire à l’opinion qu’il a été victime d’un hold-up financier qui a ruiné sa fortune. Une démarche qui, pour ses proches et les forces de l’ordre présents sur les lieux, saboterait la cérémonie de passation de services entre le Mohamed Lamine Fofana et son successeur Kerfalla Yansané. Ils sont parvenus à le dissuader en lui conseillant de surseoir à cette stratégie.

« Tout le monde sait que j’ai payé ici 1 million de dollars pour la zone minière de 675 mètres carrés de l’ex-Aredor à Gbenko. Tout le monde est témoin. J’ai dédommagé les travailleurs de cette société. Mais à ma grande surprise, j’ai été purement et simplement repoussé du bureau de Monsieur Fofana », confie Bouna Keita à la presse.

Selon lui, le ministre sortant des Mines a agi en complicité avec un certain Mahmoud Thiam et que tous les deux ont des actions dans la société Kaba GUITTER.

« J’ai été repoussé après avoir payé cette somme au profit d’un opérateur qui est leur parent, à l’occurrence Kaba GUITTER, à qui ils ont donné la concession par affinité. Cette zone a été prise dans ma main par affinité par affinité Mohamed Lamine Fofana. Mais aujourd’hui, il a quitté. Ils m’ont pris tout ce que j’avais pour donner ça à quelqu’un qui a pas payé 10.000 dollars seulement », explique-il, très en colère.

Il dit émettre des chèques à certains cadres du département et anciens employés de la société Aredor. Le directeur du Fonds minier en saurait quelque chose. Car il dit détenir des preuves écrites sur le paiement de cette somme.

Ne désarmant pas, El hadj Bouna Keita compte sur le nouveau ministre d’Etat des Mines et de la Géologie, Kerfalla Yansané, pour le rétablir dans ses droits.

« Je pense que c’est un homme de droit et rigoureux. C’est une joie immense et une satisfaction totale de voir Fofana partir du gouvernement. Ma présence ici aujourd’hui, c’est pour exprimer ma joie de voir un mauvais Guinéen débarquer du gouvernement », dit-il.

Pour l’instant, il n’a pas souhaité intenter un procès contre l’Etat, ou tout au moins contre le ministre en question et ses complices, estimant que Dieu l’aidera à recouvrer son dû. Et c’est le même Dieu qui serait en train de faire sa justice, en faisant allusion au limogeage du désormais ex-ministre des Mines et de la Géologie.

« Aujourd’hui, je suis complètement ruiné. Je n’ai plus de moyens pour mes investissements à cause ce ministère. On m’a appauvri pour donner aux gens. Je tends la main à tous les patriotes et investisseurs nationaux pour m’aider, même vous les journalistes parce que vous êtes contre l’injustice », lance-t-il.

Zézé Zoumanigui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
guineenouvelles.com. Tous droits réservés.