Bolodou (Guéckédou): un documentaire sur le micro-barrage hydroélectrique réalisé par un fils du terroir

La réalisation de ce micro-barrage à Bolodou, Préfecture de Guéckédou, dans la Région forestière est l’oeuvre d’Ibrahima Tounkara, natif de la localité. L’ouvrage construit à partir des chutes du fleuve Gbasso, un des cours d’eaux qui arrose la commune rurale de Bolodou fonctionne depuis 2017. Il fournit régulièrement du courant à la paisible population de Bolodou centre à la grande satisfaction des collectivités et autorités. L’Initiateur, Mr Tounkara, originaire de Bolodou, est professeur de mathématique au lycée Pr. Alpha Condé de Kissidougou.

Ce micro barrage hydro-électrique était composé au départ, d’un canal construit en béton armé, réalisé sur pente qui tirait une bonne partie de l’eau de son nid naturel d’une chambre (bassin) d’équilibre, une sorte de bassin de retenue d’eau qui permet de doser le débit de la quantité d’eau provenant du canal, d’une conduite sur une pente et d’une centrale équipée d’une tribune, une poulie et un alternateur qui sert de dynamo de 20KVA dont la rotation à deux fréquences de vingt-cinq tours seconde permet de transformer l’énergie mécanique en énergie électrique en assurant ainsi la production du courant électrique.

Ainsi pour répondre à la volonté de l’initiateur de rehausser la capacité de production du barrage, et satisfaire à la forte demande des villages et des sous-préfectures environnantes, le PNUD, à travers son Programme Environnement et développement durable, a décidé d’appuyer la réalisation d’un documentaire plaidoyer afin d’encourager les autres partenaires à appuyer ce genre d’activités novatrices qui participent au développement communautaire et qui contribuent au bien-être des collectivités.

Le Préfet de Guéckédou, Mr Louis Fagbon Mara, venu assister au tournage du documentaire, s’est dit impressionné par l’ingéniosité de Mr Tounkara, après avoir visité le site avant de remercier le PNUD et d’inviter les autres partenaires à appuyer davantage Bolodou et Fangamadou qui sont les deux zones de convergence de la préfecture de Guéckédou.

Avec des moyens assez limités, Mr Ibrahima Tounkara, a pu mettre en pratique son idée pour participer au désenclavement de son village. Il a expliqué comment l’idée lui est venu de créer ce micro-barrage : « C’est à partir de l’installation des panneaux solaires que j’ai eu le goût du courant. J’ai envoyé pour mon grand frère qui résidait à Bolodou, notre village natal, un panneau solaire pour faire la charge des téléphones. Après, j’ai constaté que la consommation est très limitée. On ne pouvait pas distribuer ce courant à beaucoup de clients. C’est pourquoi, j’ai jugé nécessaire de construire ce micro-barrage. Je compte à ce jour plus d’une centaine d’abonnés. Je n’avais pas de moyens pour acheter des tuyaux de pression alors j’ai décidé de faire la conduite d’eau avec du béton armé. La conduite forcée n’étant pas si résistante j’étais obligé de colmater car la production du courant ne devait pas dépasser les 9 KVA. Avec l’appui du PNUD, j’ai pu augmenter les capacités de stockage et de production. Je sollicite plus d’appui du PNUD pour la protection de la tuyauterie pour la mettre à l’abri des actes de vandalisme qui pourraient interrompre la production et pénaliser tous les villages bénéficiaires du courant électrique »

En effet, cet ouvrage d’intérêt communautaire a bénéficié de l’appui du PNUD qui a permis d’augmenter la capacité de production. La tuyauterie a été changée. L’appui du PNUD a permis à Mr Tounkara d’acquérir 2 turbines et une vanne, d’acheter 23 tuyaux PVC de 110 diamètre pour changer la tuyauterie, de construire un bassin d’équilibre de 6 m de long, 2 m de large et 1m 50 de profondeur. Ainsi de 9 KVA, la capacité du barrage est montée à 15 KVA. Ce qui a permis de connecter plus de ménages au-delà de Bolodou Centre.

Madame le Sous-préfet, le Maire adjoint de Bolodou ont tous salué le talent de ce fils du terroir. De son côté, Mme Djenab Souaré, Présidente de femmes de Bolodou a exprimé sa joie et celle de toutes les femmes. Nos enfants arrivent à réviser sans problème, nous suivons la télévision et nous sommes au courant de tout ce que les femmes font à travers le monde. Dieu Merci. Nous remercions vivement le PNUD qui accompagne notre fils dans cette action. Nous sommes aujourd’hui au même niveau d’information que Conakry. Nous arrivons à immobiliser les enfants au village avec plusieurs activités récréatives. Nous payons l’électricité par ampoules et par prises car nous tenons et nous nous engageons à pérenniser cet acquis.

La réalisation de ce Documentaire est une contribution du PNUD qui vise à encourager toutes actions innovantes qui vise à lutter contre la pauvreté en améliorant les conditions de vie des communautés vulnérables.

 

 

Saliou Diallo, Pnud-Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *