Communales: le CNOSC s’inquiète de  »la récurrence des invectives verbales et des propos menaçants… »

Plus d’une décennie nous sépare des dernières élections communales de 2005, le 04 février les guinéens sont appelés aux urnes pour élire 342 conseils communaux. C’est un évènement majeur, car les communales sont réclamées depuis deux ans par la classe politique de notre pays, notamment l’opposition Républicaine. Des manifestions récurrentes, parfois d’une extrême violence ont été organisées par l’opposition pour que soit possible l’échéance du 4 février 2018.

A raison des enjeux de ces élections tant du point de vue proximité et nécessité de renouvellement des gouvernements locaux, plus de 29000 candidats sont en compétition, inscrits sur des listes de partis politiques ou de coalitions politiques et indépendantes.

Le CNOSCG a déployé depuis le début du processus des observateurs et moniteurs pour suivre de façon exhaustive le déroulement des opérations électorales. Il découle des observations et des recommandations majeures, des éléments d’inquiétudes :

1) La forte implication des grandes formations politiques dans la campagne, affectant le caractère local des élections, avec pour tendance la dépossession des citoyens des enjeux locaux de ces élections ;
2) La récurrence des invectives verbales et des propos menaçants la quiétude sociale le lendemain du scrutin, plongeant les paisibles populations dans une situation d’impasse ;
3) La crainte des candidats, relative à une éventuelle fraude ou la persistance préjugée sur la transparence des opérations malgré les efforts de la CENI ;
4) Faible engouement des électeurs pour ce scrutin.

Devant tous ces facteurs et la nécessité d’un engagement responsable des candidats, électeurs, CENI, Société Civile, Administration et USEL en faveur du respect de la loi et de l’apaisement, la société civile guinéenne à travers le CNOSCG a initié pour la première fois en Guinée « la caravane de la responsabilité » pour un scrutin apaisé et accepté le 4 février 2018.

Cette caravane première du genre en Guinée, regroupera à la veille du scrutin du 04 février, les candidats en lice pour les communales, la Société Civile, les Institutions impliquées dans le processus électoral, pour matérialiser l’engagement individuel et collectif en faveur d’un scrutin apaisé dont les résultats seront acceptés. Elle mobilisera tous les candidats en lice à Conakry, les activistes de la société civile sur le trajet du pont 8 novembre au Hall du Palais du Peuple.

L’apaisement se conjuguant avec la transparence et la crédibilité, c’est pourquoi, le CNOSCG déploiera 1000 observateurs sur toute l’étendue du territoire national pour observer le scrutin et la centralisation des résultats et témoigner en temps utile du déroulement.

Une unité de centralisation parallèle sera installée dans son QG, sis à Dixinn mosquée Foulah pour coordonner l’ensemble des unités et observateurs des 342 circonscriptions électorales.
Par ce présent communiqué de Presse, le CNOSCG souhaite informer tous les media nationaux et internationaux, l’opinion nationale et internationale et les citoyens guinéens de sa volonté d’œuvrer pour un scrutin crédible, apaisé et dont les résultats sont acceptés.

Fait à Conakry le 02 février 2018

Source: CNOSCG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
guineenouvelles.com. Tous droits réservés.