Guinée-Mali: lancement d’un projet interconnexion électrique de 225 KV

Le projet multinational d’interconnexion électrique de 225 KV  entre la Guinée et le Mali a été lancé officiellement, le jeudi 22 février 2018 à Conakry. Ce projet vise au renforcement de la desserte du courant des pays de la sous-région ouest-africaine.

Les deux pays s’engagent pour la construction d’une ligne électrique double de 225 KV et d’une longueur environ de 714 km. Et cette interconnexion, dit-on, va permettre à la Guinée d’accéder à la transformation d’un potentiel hydro-électrique du pays en faveur des populations de la communauté économique  des Etats  de l’Afrique de l’ouest.

Cette ligne d’interconnexion qui quittera le poste de N’Zérékoré, en Guinée-Forestière,  va  servir toutes les villes de la partie Est de  la Guinée en passant par le site du projet hydro-électrique de Foumi et pour la ville de Siguiri afin de rejoindre la ligne du Mali à Sanankoroba.

Pour Mamady Kakoro, le coordinateur du projet d’interconnexion, «l’objectif global au niveau du projet est de permettre des échanges d’énergie entre la Guinée et le Mali afin d’améliorer l’accès des populations à une énergie relativement abordable. Car, l’hydro-électricité coûte moins cher que les centrales classiques thermiques. L’activité portera  sur la construction d’une ligne de 714 km dont 588 km en Guinée entre les deux postes de Sanankoroba et de N’Zérékoré en région forestière de la république de  Guinée.»

Le représentant de la Banque africaine de développement, M. Bassolé Léandre, indique que «la disponibilité du courant électrique de qualité et de moindre coût est un important facteur de développement et de la création d’activités génératrices de revenus, contribuant ainsi à la création de l’économie nationale et à la réduction de la pauvreté. L’électricité constitue la matière essentielle sans laquelle il n’y a pas l’atteinte d’un développement durable», dit-il.

Selon, le secrétaire général du ministère de l’Energie et de l’hydraulique, ce projet a une importance sociale et économique qui partira  de  N’Zérékoré en passant par Beyla, Kérouané, Kankan, Kouroussa, Siguiri pour aboutir au Mali. Cette ligne viendrait rencontrer celle qui partira de Souapiti pour se connecter sur le réseau principal du pays.

Il est à noter que le coût global du projet, pour une durée de quatre ans, s’élève à 420 millions de dollars américains, soit 3.750 milliards GNF, avec la contribution majeure des bailleurs de fonds : BAD, UE.

Albert Sovogui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *