Guinée: quand deux forces (sociales et sécurité) se rencontrent ….

Le commissaire Baffoé a promis. Tant qu’il y aura une grève illimitée, il aura un dispositif illimité! Et bonjour les hostilités. Les FORCES SOCIALES de Guinée ont décidé d’en découdre avec le gouvernement Kassory, contre la hausse du prix du carburant à la pompe.

Mais en face, les FORCES DE SÉCURITÉ qui ne manquent pas de muscles et de gaz lacrymogène sont tout aussi déterminées à « tuer » tout mouvement de manifs non autorisées par qui de droit.

Après la marche étouffée de lundi 23 juillet, les forces sociales ont voulu remettre ça ce jeudi 26, en vain. Heurtée une fois de plus à la muraille des forces de maintien d’ordre, les forces sociales n’ont pas pu rallier la Primature pour dire leurs quatre vériétés au PM Kassory Fofana. Elles ont été contraintes, encore, de réplier.

Face à un impressionnant dispositif de bidasses aux points stratégiques à la rentrée du centre-ville de Kaloum, les acteurs dont certains ont pris la poudre d’escampette lors de la dernière marche on été moins visibles.

Sauf le « marathonnier » Dansa Kourouma qui dit ne pas être « en position de marcher » sous l’effet du gaz lacrymogène. « Je ne peux pas vous mentir. Je viens du laboratoire pour des prélèvements, mais je suis très malade », argumente-t-il, avant de disparaitre.

Mais quelqu’un a dit: quand deux forces (sociales et sécurité) se rencontrent, pardon deux verbes se suivent, le second se met FORCEment à l’infinitif….

Alphonse Léno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *