L’Ambassadeur des USA en Guinée s’interroge : ‘‘Comment pouvons-nous parvenir à la discipline de la Première République, mais sans la répression?’’

Profitant d’ un Forum sur les Droits de l’Homme en Guinée, organisé  le 8 janvier, l’ambassadeur américain Alexander Laskaris, a tenu un discours appelant à plus responsabilité dans la bataille pour les droits de l’Homme en Guinée. Lisez.

« Je voudrais vous souhaiter la bienvenue à l’Ambassade des États-Unis et vous remercie de vous joindre à nous dans ce forum des droits de l’homme.

En étudiant les relations Américano-Guinéenne depuis 1958, il est clair que mon gouvernement a critiqué la situation des droits de l’homme en Guinée au cours de la Première République. Nous pensions que le gouvernement de l’époque avait systématiquement violé les droits civils et humains de ses citoyens, et leur a refusé la possibilité d’exprimer leurs points de vue via le processus démocratique.

 

Mon expérience ici au cours des 16 derniers mois a été que la plupart des Guinéens sont d’accord avec cette évaluation.

Pour être honnête, un Guinéen aux États-Unis en 1958 aurait pu écrire une évaluation critique de la situation des droits de l’homme dans mon pays aussi. C’était l’époque de la ségrégation, c’était aussi l’époque des auditions de McCarthy. C’était également l’aube de la guerre au Vietnam.

La première grande migration volontaire à grande échelle de Guinéens aux États-Unis a eu lieu dans les années 1960, à la hauteur de notre mouvement des droits civiques. En effet, Américains et Guinéens, devons reconnaître une triste ironie … à un moment où les Guinéens fuyaient vers les États- Unis, de nombreux Afro-Américains se dirigeaient vers la Guinée, le Ghana et d’autres parties du continent Africain pour échapper à la discrimination légale aux États-Unis.

Ceci est une longue introduction, une façon indirecte de dire que je m’adresse à vous aujourd’hui en tant que représentant d’un pays avec ses propres problèmes des droits de l’homme. Nous avons fait des progrès considérable à mon époque, et à l’époque de notre république, mais je n’ai pas de prétention à la perfection et aucune prétention à avoir le monopole sur les réponses.

Je ne suis pas venu pour critiquer, je suis venu poser des questions à votre pays comme je le fais pour le mien…

Quand je regarde les violations des droits de l’homme dans notre histoire Américaine, je vois les solutions dans les lois, les traditions et les cultures des États-Unis. Nous sommes à la Veille de la fête de Martin Luther King, et il est toujours utile de se rappeler que lorsque Dr. King s’est adressé à la March sur Washington, ses demandes étaient que nous lisions notre propre constitution et agissions en conséquence.

Les chefs religieux de toutes les confessions qui ont suivi Dr. King, y compris le chef spirituel qui a accueilli mes parents dans le nouveau monde – ont fait une demande similaire: que nous lisions nos propres textes sacrés et-encore une fois – Agissions en conséquence.
Ces demandes n’étaient révolutionnaires que dans leur simplicité.

Il y a beaucoup de questions relatives aux droits de l’homme en Guinée qui exigent une attention urgente. Il y a des questions importantes, telles que la discrimination contre les albinos et la pratique des mutilations génitales féminines, dont j’espère que vous allez en discuter. Il y a des questions qui peuvent être nouvelles pour vous, comme la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, mais j’espère que vous commencez à les considérer comme faisant partie d’un ensemble plus large de questions de droits de l’homme.

Les récents événements à Kankan – l’abatage à mort d’un jeune joueur de football par des membres des services de sécurité – sont correctement sur l’esprit de tout le monde. Bien que l’Assemblée Nationale devrait être installée la semaine prochaine, il y a encore des morts et des blessés de la période pré-électorale qui restent l’objet d’enquêtes et impunis.

Donc, pendant que vous discutez de ces questions importantes, je vous demande aussi de prendre du recul et demandez-vous « quelle est la source de nos valeurs en tant que Guinéens? »
La prochaine question devrait être:  » comment pouvons-nous nous assurer que ces valeurs se reflètent dans la vie civique de notre pays ?  »

Pour revenir aux premières heures de la République de Guinée, de nombreux Guinéens m’ont dit qu’il y a des éléments de la Première République qui leur manquent. Ce que j’entends le plus souvent, y compris des personnes qui ont personnellement souffert aux mains de l’ancien régime, c’est qu’il manque la discipline de l’époque. Aujourd’hui, en revanche, ce que j’entends souvent, c’est “Tout est pagaille.”

Les dernières questions sont aussi pertinentes pour vous comme pour nous… Comment pouvons-nous parvenir à la discipline de la Première République, mais sans la répression? Comment pouvons-nous inverser la  » pagaille  » à travers l’État de droit ?

Une expérience pendant mon séjour en Guinée à contribuer à définir ma compréhension de l’enjeu des droits humains auxquels nous sommes confrontés.

Quelques jours avant les élections législatives, il y avait une vague de violence dans Taouiya. Je marchais dans le quartier quelques heures plus tard, pendant que certaines maisons étaient encore à feu.

J’ai parlé à une jeune femme apeurée, en colère dont la maison venait d’être pillée et incendiée.
Elle m’a dit qu’il n’y a aucune règle de droit aujourd’hui en Guinée, et que la seule loi qui s’applique est la loi de la jungle, la loi du plus fort qui agit comme ils le souhaitent, et la souffrance du faible comme il se doit.

J’ai raconté cette histoire aux Guinéens de toutes les parties, tous les groupes linguistiques, toutes les régions. Je l’ai raconté aux membres des services de sécurité, aux membres de l’appareil judiciaire, au cabinet des ministres, et aux militants des droits de l’homme. Je l’ai raconté aux puissants et aux faibles, aux riches et aux pauvres.

Personne n’a jamais contredit cette jeune femme.

Pour moi, elle a établi un cadre de discussion des droits de l’homme dans son pays et le mien… comment pouvons-nous faire en sorte que la pagaille prenne fin et que nous puissions avoir foi dans le pouvoir de la loi pour nous protéger?

Que vous lisiez la Constitution Américaine ou la Charte de Kurukan Fuga, les principes fondamentaux sont les mêmes. Que votre concept de loi vient du code de Napoléon, de la tradition coutumière Africaine, la Bible ou le Coran, vous arrivez à la même conclusion: le désir d’une justice égale en vertu de la loi est aussi vieux que la notion de droit lui-même.

Nous ne parlons pas de valeurs Américaines ou de valeurs Guinéennes, nous parlons des vérités universelles appliquées à travers le filtre de nos cultures uniques. »

Source: Ambassade des Etats-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.