La Chambre des mines: « Il nous faut un cadre d’investissement transparent, ferme et stable », dixit Mamadi Youla

M. Mamadi Youla, le président de la Chambre des mines de Guinée, vante les mérites du ministre sortant des mines qui, selon lui, en dépit d’un contexte local difficile et d’un environnement international résolument orienté vers la baisse, a dirigé une équipe qui a abouti à des résultats appréciables dans plusieurs domaines.

 

 

« En nous donnant l’opportunité de nous exprimer au cours de cette cérémonie solennelle, je ne saurai passer sous silence les trois années de collaboration franche, directe et riche en enseignement avec le ministre Fofana », dit-il.

 

Ces trois années  ont été, pour lui, des années de défis et d’avancées certaines qui ont notamment permis à la Guinée de se doter d’une nouvelle loi minière et d’un arsenal institutionnel et règlementaire allant de pair avec les nouvelles orientations de la politique minière, sans oublier l’assainissement du cadastre minier.

 

Mais il n’empêche. Le ministre sortant, souligne M. Youla, passe le témoin à des mains expertes du ministre Yansané dont les qualités de technocrate efficace ne seraient plus à démontrer. « Preuve, s’il en était besoin, de tout l’intérêt que le président Alpha Condé n’a cessé de porter à notre secteur et de sa volonté d’en faire le moteur de croissance et du décollage économique de notre cher pays la Guinée », explique le président de la Chambre des mines.

Il a souhaité la bienvenue à Kerfalla Yansané dans la grande famille des mines. « Je voudrais dire qu’en dépit du travail remarquable fait par son prédécesseur,  les défis à relever restent nombreux. Outre la poursuite et la finalisation de la mise en œuvre du nouveau cadre juridique et réglementaire, les attentes de notre secteur portent notamment sur la mise en place d’un cadre d’investissement clair, ferme, transparent et stable devant régir les investissements et les activités au sein du secteur minier guinéen », fait-il remarquer.

 

A ce propos, il a cité le chef de l’Etat qui disait : « Dans le secteur minier, poumon de notre économie, nous avons entamé une réforme visant d’une part à accélérer  de nos mines non sans rester dormant, et de l’autre à assurer des revenus plus importants pour l’Etat, pour les entreprises et pour les populations. Il s’agit de mieux défendre les intérêts de la Guinée en créant les conditions attractives pour les investisseurs », fin de citation.

 

En effet, outre les efforts du gouvernement et les attentes des investisseurs, bien d’autres exigences doivent être prises en compte. Notamment, l’environnement et le climat des affaires propices à l’investissement, la sécurité pour les personnes et les biens, un système judiciaire assaini, un système bancaire performant, le renforcement des capacités de la main d’œuvre locale, l’amélioration des infrastructures de base…

 

Autant de facteurs pour lesquels le rôle de l’Etat est primordial. « Monsieur le Ministre, s’il nous était donné l’opportunité de vous soumettre un cahier de charges pour la mission pour la mission que vous entamez à la tête du ministère des Mines, les grandes lignes de ce cahier de charges ressembleraient beaucoup à l’énumération que je viens de faire », dit-il.

 

Et d’ajouter : « Et convaincu d’ors et déjà des qualités de manager qui sont les vôtres, qualités qui vous sont notamment valu la reconnaissance internationale dans vos fonctions précédentes, je reste persuadé que vous prendrez toute la mesure des défis qui interpellent le secteur minier guinéen pour qu’enfin il joue pleinement le rôle qu’attendent de lui les populations, les acteurs économiques et le gouvernement guinéen. »

 

Zézé Zoumanigui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.