Mano river: 3.250 km de route d’interconnexion entre la Guinée, le Liberia, la Sierra-Leone et la Côte d’Ivoire

Quelque 3250 kilomètres de routes seront bientôt construites dans l’espace de l’Union du fleuve Mano, en Afrique de l’Ouest, pour interconnecter les quatre pays membres.

 

Selon la directrice générale de l’Union du fleuve Mano, Saran Daraba Kaba, « il a été clairement identifié 3 250 kilomètres de route d’interconnexion » entre les pays membres que sont la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Léone et la Guinée.

Mme Kaba a ajouté que « 2 000 mégawatts d’énergie sont é galement à produire et plusieurs centaines de millions de dollars d’investissements dans les télécommunications sont prévus » pour interconnecter les systèmes téléphoniques des pays membres de l’Union.

Un projet visant à électrifier les pays de l’Union devrait dé marrer cette année avec la construction d’une ligne à haute tension de 1 400 km de long pour raccorder 125 villages et faire passer le taux d’accès à l’électricité dans les quatre pays de 28% à 33%.

Mme Kaba a donné ces informations jeudi à Yamoussoukro (centre, 230 km d’Abidjan) à l’occasion d’une rencontre sur l’accord-cadre pour la constitution d’un réseau de centres d’excellence dans l’espace de la Mano River.

L’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro a été identifié comme l’un des centres d’excellence dans la formation des étudiants.

Daraba Kaba a appelé à la responsabilité de l’Institut pour « sortir des cadres qui seront formés pour satisfaire la demande de ce projet ambitieux de construction d’infrastructures routière et énergique ».

Elle a indiqué que ces investissements, décidés au sommet des chefs d’Etat en 2013, s’inscrivent dans un plan stratégique pour les 10 années à venir.

« Ce plan concerne le secteur de la paix et de la sécurité ainsi que le secteur économique social de la sous-région », a souligné Mme Kaba.

Créée en octobre 1973, l’Union du fleuve Mano est une organisation d’intégration sous-régionale composée de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Léone avec pour objectif de contribuer à l’avènement d’une sous-région stable, pacifique, et prospère.

L’Union tire son nom du fleuve Mano qui prend sa source sur les pentes du mont Nimba (entre la Côte d’Ivoire et la Guinée) et sert ensuite de frontière entre le Liberia et la Sierra Leone.

 

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.