Parlement: une petite exigence pour le projet de budget de l’Etat 2018

Dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle nomenclature budgétaire de l’Etat, le Ministre du Budget a présidé ce mardi 5 décembre 2017, un atelier de formation à l’intention des cadres des départements économiques et d’autres ministères sectoriels.

Durant trois jours, les participants seront outillés sur les notions de nomenclature budgétaire, la particularité de la Guinée, ainsi que les cas pratiques. L’objectif vise l’identification des engagements et des dépenses en fonction de leur destination et de leur nature. Cette formation qui marque l’aboutissement d’un long processus, a été possible grâce à l’appui des partenaires techniques et financiers, principalement le Fonds Monétaire International et l’Union Européenne.

Pour Mohamed lamine Doumbouya Ministre du Budget, le présent atelier constitue une étape importante de ce processus car il s’agit de familiariser les différents acteurs de la chaîne budgétaire avec la nouvelle présentation budgétaire. C’est pourquoi le Ministre du Budget a invité tous les participants à accorder une importance particulière à ces travaux.

Plus loin, dira-t-il, « la bonne exécution du budget 2018 dépend fortement de la maîtrise de cette nouvelle nomenclature, ainsi que de développements ultérieurs qui vont en résulter, notamment sur la budgétisation par programme ».

Poursuivant, le Ministre Doumbouya a précisé que le Gouvernement s’est engagé à présenter le projet de budget de l’Etat pour 2018 suivant la nouvelle nomenclature budgétaire. A cet effet, le premier essai du document est disponible et les travaux d’implémentation informatique pour son exécution à la chaine dépense sont très avancés.

Ainsi, au terme de tout ce processus, la nomenclature doit répondre aux attentes ci-après :

· Identifier avec clarté et transparence les ressources et dépenses prévues ou à prévoir dans le Budget de l’Etat ;

· Faciliter la programmation et le suivi de l’exécution du budget ;

· Permettre, pour des fins statistiques, de produire différents états de recettes et des dépenses pour le compte de différents utilisateurs (administrations publiques, secteur privé, partenaires techniques et financiers) ;

· Améliorer la lisibilité et la transparence de l’information budgétaire.

Après cette formation à l’intention des cadres des départements économiques et d’autres ministères sectoriels, suivra celle destinée aux élus du peuple, et les cadres de la cour des comptes.

A préciser que cette démarche du Ministère du Budget s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle nomenclature budgétaire de l’Etat dès 2018.

CCG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
guineenouvelles.com. Tous droits réservés.