Ressources minières: La Guinée se dote d’un projet sur la gestion des revenus

Avec l’appui technique des experts du Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement guinéen se dote d’un projet sur la gestion rationnelle des revenus issus de l’exploitation de ressources naturelles du pays, en l’occurrence les ressources minières (bauxites, fer, dimant etc.).

 

L’annonce a été faite lundi par le ministre d’Etat en charge de l’économie et des finances Mohamed Diarré lors d’une concertation avec l’équipe d’expert du FMI qui avaient travaillé sur le projet en collaboration avec les départements sectoriels, la société civile et les représentants des entreprises minières.

Le projet de « gestion financière publiques et ressources minières », financé par la fonds fiduciaire du FMI, vise à définir une stratégie de développement du système de gestion pour maîtriser les ressources minières avec une modalité de sa mise en oeuvre durant une période de deux ans.

Selon M. Diarré, ce projet à travers un partenariat des experts du fonds monétaire international permettra de parachever un « cadre de gouvernance financière sur la problématique de la gestion des ressources naturelles ».

« La plupart des pays qui ont réussi à tirer tout le profit de leur boom minier sont ceux qui ont le plus anticipé les revenus générés par l’exploitation minière et mis en place les cadres réglementaires, les institutions, les outils et mécanismes appropriés pour leur gestion », a indiqué M. Diarré.

La Guinée s’apprête à un envol de l’exploitation de ses ressources minières notamment avec plusieurs projets au nombre desquels le projet Simandou avec le Rio Tinto, qui fait partie des plus grands projets miniers de la sous-région africaine, a-t-il ajouté.

Le chef de mission des experts Xavier Rame a précisé que la Guinée sera confrontée au défi de transformer les ressources minières, épuisables par nature, en un portefeuille d’actif capables d’accompagner un développement économique et social soutenu.

Ce développement de politiques économiques, qui permet d’éviter la « malédiction des ressources naturelles », nécessite de poursuivre l’effort de modernisation de la gestion financière publique entrepris depuis 2011, a-t-il affirmé.

Selon les statistiques du ministère de l’économie et des finances, le secteur minier joue un rôle essentiel dans le développement économique de la Guinée. Malgré sa concentration sur l’exportation de minerais pas ou peu transformés, le secteur minier représente actuellement plus de 80% des exportations du pays.

Il fournit de 20 à 25% des recettes publiques (un montant estimé à 210 millions de dollars US en 2012) et plus de 10 000 emplois directs (Banque mondiale, 2012).

L’Etat guinéen tire également des recettes des taxes à l’exportation de diamants et à la location des infrastructures (un montant estimé à 8 millions de dollars US en 2012). Plus de 200. 000 personnes participeraient activement à l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or et du diamant.

 

 

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.