Violences: Conakry en proie à une double crise sociale et politique !

Alors que la tension demeure autour des résultats définitifs des élections communales et communautaires du 4 février dernier que l’opposition désapprouve, une autre crise vient d’être relancée dans le secteur éducatif guinéen à l’appel du SLECG, branche Aboubacar Soumah, pour exiger de l’Etat le respect de leurs points de revendications.

Mais comme la précédente grève, celle-ci, suivie dans plusieurs écoles de la capitale, est émaillée de violences, la circulation perturbée par endroits, des écoles fermées ou fonctionnent au ralenti.

Dans la commune de Ratoma, fief de l’opposition au régime Condé, c’est autant la paralysie, des jeunes surexcités bloquent tout.

Entre Bambéto, Koloma et Cosa, les violences ont repris de plus belle. Il n’y a pas de circulation. Avec cette situation, la forces de l’ordre ont été dépêchés sur les lieux et ont des tirs de sommation pour dissuader les manifestants.

Mais en vain, car les jeunes ont barricadé les routes, brûlé des pneus. Le commerce est fermé. Ils s’en prennent à tous ceux qui s’aventurent à passer par-là.

Lisa Bangoura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
guineenouvelles.com. Tous droits réservés.